La chirurgie de l’artère carotide (endartériectomie carotidienne) peut prévenir les accidents vasculaires cérébraux chez des personnes soigneusement sélectionnées qui ne présentent aucun signe extérieur de maladie mais qui sont exposées à un risque d’accident vasculaire cérébral en raison d’un rétrécissement important de l’artère carotide dans le cou.

La chirurgie pour règler des problèmes d’AVC

L’endartériectomie carotidienne est une procédure chirurgicale au cours de laquelle un chirurgien vasculaire ou un neurochirurgien enlève les dépôts de graisse et la plaque de l’une des deux artères principales du cou qui alimentent le cerveau en sang.

Les maladies de l’artère carotide sont plus fréquentes chez les personnes âgées. Le processus pathologique qui provoque l’accumulation de graisse et d’autres matières sur les parois des artères est appelé athérosclérose, communément appelée “durcissement des artères”. Le rétrécissement d’une artère est appelé sténose et le degré de sténose est généralement exprimé en pourcentage du diamètre normal de l’ouverture.

Chirurgie des artères

La sténose carotidienne peut être mesurée à l’aide d’ultrasons à haute résolution, d’angiographie par résonance magnétique, d’angiographie par tomodensitométrie et d’autres techniques. Cliquez ici pour en savoir plus sur l’utilisation de l’imagerie médicale pour diagnostiquer les maladies vasculaires avant qu’un accident vasculaire cérébral ne survienne.

Deux grands essais cliniques ont permis d’identifier des personnes spécifiques pour lesquelles la chirurgie de la carotide est très bénéfique lorsqu’elle est pratiquée par des chirurgiens et dans des établissements pouvant répondre aux normes fixées dans ces études. La chirurgie de la carotide s’est avérée très bénéfique pour les personnes qui ont déjà eu un accident vasculaire cérébral ou qui ont ressenti les signes avant-coureurs d’un accident vasculaire cérébral et qui présentent une sténose sévère de 70 à 99 %. Dans ce groupe, la chirurgie réduit de plus de 80 % le risque estimé d’accident vasculaire cérébral sur deux ans, qui passe de plus de 1 sur 4 à moins de 1 sur 10.

Dans un deuxième essai, la chirurgie carotidienne s’est également avérée très bénéfique pour les personnes qui ne présentent aucun symptôme mais qui ont une sténose carotidienne sévère de 60 à 99 %. Dans ce groupe, la chirurgie réduit de plus de la moitié le risque estimé d’accident vasculaire cérébral sur 5 ans, qui passe d’environ 1 sur 10 à moins de 1 sur 20.